Chargement en cours
Ma sélection

Lot 87 - Eva GONZALES (1849-1883). Joueuse de harpe, vers 1873-1874. Huile sur toile signée [...]

Estimation : 30 000 € / 40 000 €

Adjugé 122 000 €


Résultats sans frais

Eva GONZALES (1849-1883).
Joueuse de harpe, vers 1873-1874.
Huile sur toile signée en bas à gauche.
Au dos sur une étiquette : Eva Gonzalès - la harpe, et au crayon bleu n° 12.
Cachet du fournisseur de la toile: Maison de couleurs fines, Jérôme Ottoz.
41 × 27,5 cm.
Provenance :
- H.P. Inner, 1885,
- Désigné dans l'inventaire après décès de Henri Guérard le 24 mai 1897 (la harpiste, peinture par Mme Eva Gonzalès),- Jeanne Guérard Gonzalès, Paris, 1897,
- Jean-Raymond Guérard, Paris, 1924,
- Collection particulière,
Bibliographie :
- « Eva Gonzalès, 1849-1883, étude critique et catalogue raisonné » Marie-Caroline Sainsaulieu et Jacques de Mons, Paris, La bibliothèque des Arts, 1990. décrit et reproduit en pages 138-139, n° 55.




Expositions :
- 1885, « exposition rétrospective d'Eva Gonzalès » Paris, dans les sa- lons du journal : La Vie Moderne, n° 31 ;
- 1907, Grand Palais, Salon d'Automne, n° 6 ;
- 1952, Principauté de Monaco, Sporting n° 9 ;
- 1993, « Les femmes impressionnistes: Mary Cassatt, Eva Gonzalès, Berthe Morisot », Musée Marmottan, Paris, reproduit sous le n° 31 et descriptif sous le n° 32.
Dans le catalogue : « Eva Gonzalès, 1849-1883, étude critique et cata- logue raisonné » de Marie-Caroline Sainsaulieu et Jacques de Mons, il est notifié que la mère de l'artiste a posé pour le tableau.
Dans le catalogue d'exposition du musée de Marmottan « Les femmes impressionnistes : Mary Cassatt, Eva Gonzalès, Berthe Morisot », il est précisé : c'est la mère d'Eva, excellente musicienne qui avait aussi une très belle voix, qui servit de modèle à sa fille. Moins célèbre que son mari Emmanuel Gonzalès, éminent écrivain, journaliste et président de la Société des Gens de Lettres, elle joua pourtant un rôle déterminant dans la carrière de sa fille.
Eva Gonzalès est issue d'une famille bourgeoise d'origine espagnole. Elle vit à Paris.
Son père Emmanuel Gonzalès est un romancier connu, Président de la Société des gens de lettres et sa mère est musicienne.
En 1866, Eva Gonzalès entre dans l'atelier de Charles Chaplin.
Elle quittera l'atelier l'année suivante.
En 1869, Eva Gonzalès deviendra l'élève d'Edouard Manet et sera sa seule élève, ce dernier la prendra aussi comme modèle.
Lors de sa première exposition au Salon, en 1870, Eva Gonzalès, pré- sentera deux toiles: enfant de troupe (n° 1219), inspiré du Fifre de Manet qui sera acheté par l'État le 21 juillet ; et une passante (n° 1220) ainsi qu'un pastel portrait de Mademoiselle J.G. (Jeanne Gonzalès, soeur cadette d'Eva) (n° 3520).
Manet exposera, la même année, le portrait d'Eva Gonzalès: portrait de Mademoiselle E. G. (n° 1852).
En 1872, elle présente l'Indolence dont Emile Zola fait l'éloge.
En 1873, le Salon n'accepte pas les Oseraies (ferme en Brie) qu'elle présentera au Salon des refusés, où, pour la première fois, elle sera présentée en tant qu'élève de MM. Chaplin et Manet et non plus comme élève de Chaplin.
Eva Gonzalès exposera au Salon en 1876, 1878, 1879,1880, 1882. Elle épousera, en 1879, Henri Guérard, peintre et graveur.
Elle décède le 6 mai 1883, six jours après son maître Édouard Manet.

Demander plus d'information